Generation 2030
Scenario 3 header.png

La rébellion des jeunes

Futur no 3 :

la rébellion des jeunes

 

« La rébellion des jeunes » représente une idée de ce à quoi pourrait ressembler le Canada en 2030. Dans ce futur, les enfants ne sont pas traités équitablement. Ils dirigent des entreprises et ont des responsabilités d’adulte, mais ils ne peuvent pas voter ni prendre de décisions comme le font les adultes. Les enfants se mettent à travailler ensemble pour résoudre ce problème.

 

CE QUI IMPORTE POUR LA POPULATION CANADIENNE

  • Les Canadiennes et les Canadiens adultes reçoivent un salaire mensuel financé par l’impôt des entreprises dont la main-d’œuvre est largement automatisée (robots et intelligence artificielle).

  • La technologie est au centre des arts et de la culture, ce qui permet aux gens de devenir des amateurs d’intelligence artificielle, des philosophes de la technologie, des artistes de la machine et de la robotique, et des traducteurs.

  • Être différent et unique est extrêmement important pour la majorité des Canadiennes et des Canadiens.

  • Beaucoup de gens, en particulier les jeunes, s’adonnent à des pratiques d’auto-modification que permettent les nouvelles technologies, et à des séances de laboratoire de biologie synthétique à domicile. Cela est considéré comme une forme d’expression de soi et de créativité.

Asset 4.png

COMMENT FONCTIONNE LE GOUVERNEMENT

  • Tous les paliers de gouvernement sont fortement axés sur l’efficience déterminée, qui est rendue possible grâce aux systèmes technologiques.

  • Tous les paliers de gouvernement travaillent en partenariat avec de multiples entreprises technologiques afin d’avoir accès à des systèmes avancés de suivi et d’analyse des données qui utilisent l’intelligence artificielle.

  • Le recensement canadien est devenu un outil de suivi utilisé pour recueillir d’importantes quantités de données, et pour prendre des décisions concernant les politiques et la répartition des fonds.

  • Les systèmes technologiques fondés sur des données environnementales ont permis au Canada de réduire les retombées négatives sur l’environnement et de minimiser de manière proactive les effets des changements climatiques.

Asset 2.png

COMMENT NOUS TRAVAILLONS ET GAGNONS DE L’ARGENT

  • La plupart des Canadiennes et des Canadiens consacrent leur temps libre et leurs compétences à soutenir des programmes communautaires, des programmes de recherche, ou des institutions artistiques et culturelles.

  • La diversité est considérée comme le plus grand atout de l’économie canadienne.

Asset 3.png

COMMENT NOUS ENSEIGNONS ET APPRENONS

  • Le système d’éducation publique est entièrement assuré par une plateforme en ligne. L’égalité d’accès à ce système est rendue possible grâce aux infrastructures Internet et technologiques universelles mises en place par le gouvernement.

  • Des droïdes plurilingues permettent aux enfants de facilement interagir dans différentes langues et cultures.

  • Les jeunes sont tenus de participer à des activités éducatives jusqu’à l’âge de 18 ans.

Asset 5.png

COMMENT S’EN TIRENT LES ENFANTS

  • De nombreux jeunes ont démarré leur propre entreprise tout en poursuivant leurs études. Les enfants et les jeunes âgés de moins de 18 ans comptent maintenant pour 25 % des propriétaires d’entreprise.

  • Les enfants sont exclus de la politique. Ils ne peuvent pas voter ni participer de manière significative aux décisions politiques ou aux autres processus gouvernementaux.

  • De nombreux enfants et jeunes se sentent frustrés en raison de cette exclusion et ont commencé à former des groupes clandestins de défense des droits pour se faire entendre.


 

Une journée dans la vie de…

DEV, ÂGÉ DE 16 ANS

Dev sirote sa boisson énergisante matinale en regardant les bâtiments de sa ville. La brume du petit matin recouvre encore le désordre des rues et l’obscurcit. Il ne peut même pas voir la barricade qu’ils ont construite pour transformer un coin de la ville en quartier général de leur mouvement jeunesse. Le silence du matin donne au petit réseau de maisons et au centre communautaire une illusion de calme et de sérénité.

La porte du toit s’ouvre derrière lui, et un groupe hétéroclite de jeunes s’élance vers lui.

« Quel est le rapport du matin? », demande-t-il en se retournant pour regarder leur domaine. Son équipe se regroupe derrière lui.

« La logistique fonctionne bien. Les drones matinaux sont en route pour livrer les fournitures », commence Bill.

« La sécurité a eu ce matin un rapport clair des balayages périmétriques d’hier soir. La nouvelle équipe du matin est en place pour surveiller la barricade », ajoute Maev, son front légèrement plissé alors que ses ongles, pareils à des griffes de chat, font défiler une liste de rapports d’incidents sur sa tablette.

« Les actions de ton entreprise restent stables après une hausse d’un demi-point hier », continue Paulo, le vice-président Finances de la jeune entreprise.

S’ensuit alors un silence gênant que personne ne brise. Dev se retourne.

« Qu’en est-il des communications? », demande-t-il en balayant le groupe du regard et en le posant sur Ray, qui s’appuie inconfortablement sur une de ses jambes prothétiques puis sur l’autre. Sa jambe droite couine doucement. « Qu’en est-il de notre stratégie de réseau de foules et de notre couverture médiatique? »

« Tout va bien, Dev. Nous avons un petit problème… ta mère est au téléphone », lui répond Ray sans le regarder dans les yeux. Elle tient le téléphone satellite volumineux qu’ils réservent pour les communications d’urgence.

Dev inspire profondément. Il savait que ce moment arriverait. Il était prêt, mais ne s’en réjouissait pas. Il prend le téléphone, et le groupe se dirige rapidement vers la porte et descend dans la salle des opérations.

« Salut m’man », dit Dev dans le combiné.

« Dev ». La voix au téléphone est sévère. « Je n’appelle pas en tant que ta mère, mais en tant que première ministre. »

 
« Je n’appelle pas en tant que ta mère, mais en tant que première ministre. »
 

Deux semaines plus tôt, Dev et un petit groupe de jeunes âgés de 6 à 16 ans ont pris possession de deux pâtés de maisons d’une petite ville exploitée par le principal partenaire technologique du gouvernement, Stern. C’était leur action la plus radicale en tant que Parti canadien des enfants. Ils espéraient attirer l’attention du pays sur l’exclusion injuste des enfants et des jeunes du programme universel de revenu de base et de la plupart des décisions politiques du gouvernement.

Dev et plusieurs autres enfants et jeunes propriétaires d’entreprise en avaient assez de payer des impôts et de suivre des lois sur lesquelles ils n’avaient pas leur mot à dire. Ils avaient essayé de plaider en faveur des jeunes et avaient créé des associations d’entreprises dirigées par des enfants, mais leur groupe dissident avait commencé à penser que rien ne changerait à moins d’entreprendre une action radicale.

Le gouvernement fédéral avait soutenu que le Canada appuyait totalement la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies, mais ce n’était en grande partie que des paroles en l’air. La plupart des Canadiennes et des Canadiens adultes attendaient des enfants qu’ils suivent leurs cours en ligne et y consacrent tout leur temps, et ce, jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 18 ans et puissent faire un travail qui leur plaise réellement.

Mais Dev, comme de nombreux enfants, trouvait ennuyants les modules de cours sans fin et avait décidé de lancer une entreprise. En y consacrant ses débuts de matinées et ses soirées, il avait bâti une entreprise nationale. Son équipe était entièrement composée de personnes âgées de moins de 18 ans. L’expérience de travailler avec des jeunes compétents et créatifs lui avait permis de comprendre que les jeunes Canadiennes et Canadiens avaient besoin d’un plus grand accès au gouvernement et de plus de possibilités de façonner le pays.

Et maintenant, ils étaient là, en conversation directe avec la première ministre. Dev avait toujours eu de l’espoir, mais il était maintenant convaincu qu’ils avaient une réelle possibilité d’être entendus. Seul le temps le dirait, mais Dev savait que son équipe se rassemblerait et tirerait le meilleur parti de cette occasion. Et si cela ne marchait pas, ils continueraient de prendre les rênes, enfant par enfant, ville par ville. Ils n’abandonneraient pas.

The federal government had argued that Canada was fully supportive of the UN Convention on the Rights of the Child, but it was mostly just lip-service. Most Canadian adults expected children to take their online courses, put in their time until they reached 18 and could start doing work they actually cared about.

 

AMORCER UNE CONVERSATION SUR LE FUTUR

Ce qui est positif de l’initiative de prévisions, c’est qu’elle permet d’entamer de nouvelles conversations. Voici quelques questions que vous pouvez utiliser pour amorcer une conversation avec les enfants et les jeunes sur les différents futurs.

  • Selon vous, qu’est-ce qui pourrait être amusant pour les enfants dans ce futur?

  • Qu’est-ce qui pourrait être effrayant ou triste pour les enfants dans ce futur?

  • Selon vous, avec quoi les enfants pourraient-ils jouer dans ce futur?

  • Dans ce futur imaginaire, les gens ont peur que les ordinateurs remplacent les êtres humains. Pourquoi cela est-il effrayant? En quoi cela pourrait-il être positif?