Generation 2030
Scenario 1 header.png

L’enfant silencieux

Futur no 1 :

l’enfant silencieux

 

« L’enfant silencieux » représente une idée de ce à quoi pourrait ressembler le Canada en 2030. Dans ce futur, les enfants doivent constamment suivre des règles. Ils ne sont pas curieux et ont peu de contrôle sur leur vie. Les adultes ne veulent pas que les enfants soient créatifs ou différents.

 

Asset 1.png

CE QUI IMPORTE POUR LA POPULATION CANADIENNE

  • La conformité et l’intégration sont extrêmement importante par la population canadienne. Cela a donné lieu à une plus grande disparité et à une aliénation accrue des communautés marginalisées.

  • Les aliments synthétiques coûtent moins cher et sont plus largement accessibles que les aliments naturels, lesquels sont devenus un luxe en raison des effets négatifs des changements climatiques sur la production alimentaire.

  • La technologie est considérée comme un outil dangereux qui doit être étroitement contrôlé par les êtres humains. De nombreuses personnes se fient toutefois aux données informatiques pour prendre d’importantes décisions.

  • Les Canadiennes et les Canadiens mettent beaucoup d’efforts pour amplifier les qualités humaines, et ce qu’on appelle la « touche humaine », par crainte que la technologie ne remplace les gens au travail et dans les sphères sociales.

Asset 4.png

COMMENT FONCTIONNE LE GOUVERNEMENT

  • La société et la politique canadiennes sont gouvernées par la majorité.

  • Les décisions politiques sont prises en sondant l’ensemble de la population, puis en mettant directement en application la décision la plus populaire.

Asset 2.png

COMMENT NOUS TRAVAILLONS ET GAGNONS DE L’ARGENT

  • La plupart des gens sont sous-employés et occupent des emplois banals, apportant la « touche humaine » dans les usines et les entreprises de services.

  • Les emplois humains sont strictement réglementés afin d’éviter l’automatisation et la perte d’emplois généralisée.

Asset 3.png

COMMENT NOUS ENSEIGNONS ET APPRENONS

  • L’éducation publique est principalement axée sur l’apprentissage social et émotionnel.

  • Des cours de « relations » sont donnés pour que les enfants ne perdent pas leur capacité d’interagir de personne à personne.

  • Le personnel enseignant doit détenir des diplômes d’études supérieures en interactions psychosociales.

Asset 5.png

COMMENT S’EN TIRENT LES ENFANTS

  • Les enfants sont largement désengagés. Ils ont peu de possibilités de contribuer à leur propre vie.

  • Les enfants et les jeunes ont des journées extrêmement structurées, conçues pour leur enseigner des compétences, des connaissances et des valeurs, afin de les aider à s’intégrer dans la société.

  • Les crimes commis par des enfants et des jeunes de communautés marginalisées sont en hausse.


 

Une journée dans la vie de…

C, ÂGÉ DE 9 ANS

C et M se tenaient accroupis dans le coin le plus éloigné de l’espace de jeu créatif, adossés contre la cloison de la bulle environnementale, en grande partie cachés par un buisson artificiel et le générateur atmosphérique qui bourdonnait. De temps en temps, l’un d’eux regardait les autres enfants afin de s’assurer que personne ne viendrait les déranger. Les autres, cependant, paraissaient occupés et totalement fascinés par les structures de jeu conçues pour le renforcement musculaire optimal et le développement de la densité osseuse. Les quatre observateurs adultes surveillaient le groupe de près en prenant parfois des notes sur leur tablette numérique.

« L’as-tu apportée? », demanda M à voix basse.

C acquiesça solennellement. Il plongea la main dans sa poche et en sortit quelque chose avec précaution. Il ouvrit la main, révélant une petite sphère électronique.

Les viandes élaborées en laboratoire font partie des repas réguliers de C et de M, qui sont fournis par leur école.

« J’ai téléchargé le programme hier soir, après que mes parents se soient couchés », chuchota C.

« Es-tu sûr que personne ne trouvera les empreintes du téléchargement? », demanda M, inquiet, en fronçant les sourcils.

« J’ai tout effacé. Personne ne le saura… Veux-tu l’essayer? », demanda C.

M inspira profondément. « Ok. J’essaie en premier. »

Leurs regards se croisèrent. Ils savaient que ce qu’ils faisaient était illégal, ou du moins, fortement découragé. Et peut-être très dangereux. Mais après toutes ces heures de travail en secret, ils savaient qu’ils devaient l’essayer.

M tendit lentement la main et la posa sur celle de C qui tenait l’appareil. Il y eut un moment de silence, alors que les deux amis retenaient leur respiration. M ferma les yeux et essaya de se concentrer sur une seule pensée. C attendait patiemment. Son esprit fut alors inondé d’une seule pensée. C’était le nombre 7.

 
Ils savaient que ce qu’ils faisaient était illégal, ou du moins, fortement découragé.
 

Le nombre 7 était si clair dans l’esprit de C. Cela ne signifiait qu’une seule chose : leur invention fonctionnait! Ils pouvaient l’utiliser pour communiquer entre eux par télépathie. Ils avaient enfin atteint leur objectif.

Une vibration discordante sur leur poignet ramena soudainement C et M à l’espace de jeu créatif, leur vision se dissipant. Leur bracelet, remis par le ministère de l’Éducation à chaque enfant d’âge scolaire, clignotaient et bourdonnaient de vibrations. La période matinale d’activité physique était terminée. C rangea rapidement le petit engin dans sa poche, mais tous les deux arboraient un grand sourire. Leur invention avait finalement fonctionné!

Leur classe reprit avec un cours obligatoire sur les émotions. La pratique des qualités humaines et le développement de l’intelligence émotionnelle étaient devenus un pilier essentiel du programme d’études primaires. La plupart des élèves de leur classe excellaient dans cet ensemble de compétences et pouvaient se faire pleurer avec intensité pendant ces séances émotives. Leurs enseignantes et enseignants allaient et venaient dans la classe en utilisant leur tablette pour lire et évaluer la complexité et la profondeur des émotions de chaque élève, enregistrées à partir de leur casquette à encéphalogramme.

C, qui s’était toujours senti déconnecté des enfants de son âge, n’avait jamais été très bon à cet exercice. Alors que son enseignant se tournait vers lui, il sentit se former un nœud dans son estomac. Son esprit était complètement vide. Il allait encore échouer.

Son angoisse se transforma en véritable terreur lorsqu’il se souvint que son ami et lui venaient de créer un dispositif d’intelligence artificielle si génial et dangereux pour le mode de vie humain que le gouvernement avait interdit toute création d’une telle technologie. Personne ne pourrait jamais le savoir. Il ressentait pourtant au plus profond de lui une certaine fierté d’avoir créé une chose si puissante et de l’avoir fait fonctionner. Il ne pourrait jamais en parler à qui que ce soit, mais lui le saurait. Et cela suffisait pour le moment.

 

tina-floersch-39144.jpg

AMORCER UNE CONVERSATION SUR LE FUTUR

Ce qui est positif de l’initiative de prévisions, c’est qu’elle permet d’entamer de nouvelles conversations. Voici quelques questions que vous pouvez utiliser pour amorcer une conversation avec les enfants et les jeunes sur les différents futurs.

  • Selon vous, qu’est-ce qui pourrait être amusant pour les enfants dans ce futur?

  • Qu’est-ce qui pourrait être effrayant ou triste pour les enfants dans ce futur?

  • Selon vous, avec quoi les enfants pourraient-ils jouer dans ce futur?

  • Dans ce futur imaginaire, les gens ont peur que les ordinateurs remplacent les êtres humains. Pourquoi cela est-il effrayant? En quoi cela pourrait-il être positif?